Savez-vous qu’un aller-retour Genève – Zürich en voiture émet 70 kilos de CO2 ? (540 km à 130 grammes de CO2 par km)
Si vous faites un aller-retour Genève – Zürich une fois par mois en voiture, vous utiliserez plus de la moitié de votre budget carbone individuel de 1.5 tonnes de CO2 / an.

Les transports de personnes et de marchandises par route représentent un tiers des émissions de gaz à effet de serre de la Suisse, et il n’y a ce jour aucun plan sérieux pour réduire leur impact.

Quant à l’aviation, elle ne figure même pas dans les statistiques nationales des émissions de gaz à effet de serre. Pourtant un seul vol Genève – Barcelone retour émet environ 400 kg de CO2 (*) ; l’aviation représente 10% des émissions de la Suisse, en forte augmentation depuis plusieurs années.

La mobilité est le parent pauvre de notre politique climatique. Dans les secteurs des bâtiments et de l’industrie, des efforts significatifs sont réalisés : on diminue les émissions par des rénovations et des techniques plus efficaces. Ils ont porté leurs fruits, puisque les émissions de ces secteurs diminuent. Dans le secteur des transports, Confédération et cantons continuent à développer le réseau routier et les aéroports, et les constructeurs de voitures truquent les tests à la place de s’adapter aux nouvelles normes. Conséquence logique, les émissions des transports ont augmenté depuis 1990.

Plutôt que prendre de vraies mesures pour changer de façon durable notre mobilité, le Conseil fédéral préfère acheter des permis de polluer à l’étranger.  


Pour répondre à l’urgence climatique, nous devrons imaginer de nouveaux modes de vie et de déplacement. A quoi ressembleront les voitures de demain ? comment partirons-nous en vacances ? à quand le télétravail généralisé ?

Pour y réfléchir ensemble, le Comité Climat Romandie COCLICO vous convie à une série d’événements ludiques et didactiques dédiés aux transports, entre mars et mai 2019. Ce festival des transports alternatifs débutera avec l’Autre-Salon et se terminera par une manifestation festive à Lausanne…

(*) selon myclimate : 320 kg de CO2, calculé avec un facteur multiplicateur de 2 ; selon FTWatch 470 kg de CO2, calculé avec un facteur multiplicateur de 2.7. Le facteur multiplicateur est utilisé pour tenir compte des émissions non-CO2 de l’aviation : vapeur d’eau, ozone, etc.